Le gaz CFC-11 menace de nouveau la couche d’ozone

Bien qu’il soit interdit dans le monde depuis 1987 par protocole de Montréal, le gaz CFC-11 menace de nouveau la couche d’ozone.

En effet, des scientifiques américains ont rapporté que les émissions de trichlorofluorométhane (CFC-11) dans l’atmosphère ont augmenté de 25% depuis 2012, et ce, malgré une diminution constante entre 2002 et 2012.

Les causes ne sont ni le changement atmosphérique ni les productions passées

Selon Stephen Montzka, scientifique de l’Agence Américaine d’Observation Océanique et Atmosphérique (Noaa), c’est la chose « la plus surprenante » qu’il a vue lors des 30 années pendant lesquelles il a réalisé les mesures des émissions de CFC-11.

Les chercheurs avancent que cette augmentation des émissions n’est pas liée au changement atmosphérique ou aux productions de trichlorofluorométhane dans le passé.

Cependant, ce gaz représente une menace, car il peut rester jusqu’à 50 ans dans l’atmosphère dès lors qu’il est libéré. De plus, il ne peut pas être détruit qu’une fois dans la stratosphère.

À ce moment-là, des molécules de chlore peuvent en résulter et se livrer à une série de réactions chimiques pouvant détruire la couche d’ozone.

Une violation du protocole de Montréal : une possibilité à ne pas écarter ?

Pour les chercheurs américains, l’origine de ce phénomène pourrait être une nouvelle production de CFC-11 non déclarée.

Ils avancent que dans certaines régions dans le monde, il y aurait une violation du protocole de Montréal, bien que celle-ci ne soit pas à caractère contraignant.

Selon l’observatoire américain, les gaz CFC-11 émis étaient en effet mélangés à d’autres gaz qui pourraient provenir de l’Asie de l’Est.

Stephan Montzka explique toutefois qu’il est « difficile pour scientifiques de réduire la zone ». Une enquête internationale risque ainsi de s’ouvrir afin de déterminer précisément l’émetteur de ce gaz et pour prendre les mesures nécessaires.

Auteur: Jose

Remplissez le formulaire
pour accéder instantanément au
guide d’achat gratuit :




J'accepte d'être recontacté par des partenaires de GreenTech Journal




Ne ratez plus une innovation ! Inscrivez-vous !

Inscrivez-vous pour recevoir notre newsletter. Toutes les actus du site, et bien plus, dans votre boîte aux lettres !