Ici, vous pouvez tout apprendre sur les microstations d’épuration, ces dispositifs tout-en-un compacts et performants. Depuis leur fonctionnement jusqu’à tous les modèles disponibles sur le marché, nous sommes là pour vous guider !

Faut-il choisir une microstation ou un filtre compact ?

L’assainissement avec une micro station ou un filtre compact est une solution qui fait partie des filières agréées. Bien que ces dispositifs existent depuis seulement quelques dizaines d’années, ils sont rapidement devenus très en vogue.

Il n’est pourtant pas toujours facile de choisir entre une micro station et un filtre compact : les 2 dispositifs ont l’air très similaires sur le papier. Nous allons donc essayer de détailler les avantages et les inconvénients des deux pour vous aider à faire votre choix !

Notion d’assainissement non collectif

En France, plus de 5 millions de logements ne sont pas encore desservis par un réseau de collecte public et doivent être dotés d’une installation autonome, d’où la notion d’assainissement non collectif (ANC). Cela consiste à collecter, prétraiter, épurer, infiltrer ou rejeter les eaux usées domestiques des logements, sans utiliser l’égout.

En termes d’ANC, l’élément de base du prétraitement est la fosse toutes-eaux qui assure la rétention des matières solides et des déchets flottants.

Traditionnellement, la fosse toute-eaux était suivie d’un dispositif de traitement encombrant comme les tranchées d’épandage, le tertre d’infiltration, le lit filtrant, etc.

De nos jours, le champ d’épandage est remplacé par une cuve dans laquelle les eaux sont traitées efficacement.

Ces dispositifs sont beaucoup plus compacts et nombre d’entre eux ont obtenu l’agrément du ministère de la Santé et de l’Environnement. C’est pour cela qu’on les appelle filières agréées.

Dans ce qui suit, nous allons vous parler de deux filières agréées et compactes, c’est-à-dire des dispositifs adaptés aux petites surfaces. Il s’agit de la micro-station d’épuration et du filtre compact.

Assainissement avec une micro station d’épuration

La microstation Oxyfix C-90

Parlons tout d’abord de la micro-station. Ce dispositif d’assainissement non collectif est similaire à une station d’épuration municipale, mais en version miniature.

C’est la solution recommandée pour les logements qui n’ont qu’un petit terrain ou qui ont des terrains difficiles à dédier à l’assainissement.

Pour épurer les eaux, le dispositif fait appel à des bactéries naturelles qui, lorsqu’elles sont alimentées en oxygènes, digèrent les matières polluantes dans les eaux. Comme c’est une filière agréée, les eaux usées traitées par la micro station peuvent êtres déversées directement dans l’environnement.

Avantages

Voici quelques atouts d’une micro station d’épuration :

  • C’est un dispositif complet et peu encombrant : l’emprise de sol est d’environ 5 m² pour logement de 6 Équivalents habitants,
  • Les travaux de terrassement sont limités,
  • Une micro station est très facile à installer (1 à 2 jours maximum),
  • Elle peut être installée dans un sous-sol comme dans un garage,
  • Le dispositif est sans odeur,
  • Le système est facile à entretenir,
  • Etc.

Inconvénients

La micro station d’épuration présente toutefois les défauts de ses qualités :

  • Étant un dispositif très compact, il est susceptible de produire plus rapidement des boues, ce qui occasionne des vidanges plus fréquentes,
  • Les bactéries épuratrices doivent être alimentées en oxygène en permanence. Le système est donc plus sensible aux arrêts de fonctionnement prolongés,
  • Coût supplémentaire pour l’électricité (environ 50 euros par an),
  • Etc.

Si installer une micro-station ne vous tente pas, vous pouvez également opter pour un filtre compact.

Les différents types de microstation

En termes de micro-station, deux grandes technologies peuvent être utilisées : la culture libre et la culture fixée.

Micro-station à culture libre

Une micro-station est dite à culture libre lorsque la culture bactérienne est maintenue dans une cuve aérée et brassée sans support. L’objectif étant d’empêcher la création de dépôt et d’homogénéiser le mélange.

Cette technologie se décline en deux sous-branches. Ainsi, on peut trouver des micro-stations à culture libre classiques, dites à boues activées et les systèmes SBR, ou littéralement « Sequencing Batch Reactor ».

La micro-station SBR épure les eaux grâce à une épuration biologique séquentielle. Aucune pompe ni pièce mécanique en mouvement n’interviennent dans ce type de traitement. Les eaux sont clarifiées (décantation) et réactivées biologiquement dans un même compartiment.

À la clé : un gain d’espace et une performance épuratoire élevée.

Le modèle à boues activées agit selon le principe d’aérobie. La pollution est dégradée par le biais d’un apport d’oxygène dans le bassin de réaction, après avoir été réduite dans la fosse toutes-eaux. Les eaux subissent une décantation finale et sont évacuées vers le milieu naturel. A noter que ce système est le moins performant de tous.

Micro-station à culture fixée

L’assainissement des eaux usées par le biais d’une micro-station à culture fixée se déroule généralement en trois phases:

  • Traitement primaire,
  • Réaction biologique
  • Décantation et clarification.

Ce modèle est doté d’un bioréacteur contenant des supports solides sur lesquels les bactéries épuratrices toujours présentes dans les eaux peuvent se nicher. Une fois aérées par un compresseur d’air, elles peuvent se développer et digérer efficacement les matières polluantes dans les effluents.

Assainissement avec un filtre compact

Fonctionnement d'un filtre compact à fibre de coco

Fonctionnement du filtre à coco Tricel Seta.

Le filtre compact est aussi un assainissement non collectif performant et compact.

Il est constitué d’une fosse toutes eaux et d’un massif filtrant, et ne demande donc pas non plus d’épandage.

Comparé à la micro-station, le filtre compact s’adapte tant aux résidences principales qu’aux résidences secondaires.

Dans la fosse toutes-eaux se déroule le prétraitement des eaux. Celles-ci passent ensuite dans un massif filtrant contenant des médias écologiques tels que la fibre de coco. Les bactéries épuratrices se développent sur le média filtrant et éliminent ensuite les matières polluantes restantes dans l’eau.

Le filtre compact est aussi une filière agréée. Les eaux traitées peuvent donc être relâchées dans la nature, sans représenter aucun danger pour la santé et l’environnement.

Avantages

Le filtre compact comprend de nombreux avantages :

  • Pas besoin d’électricité pour fonctionner (pas de coût supplémentaire à ajouter),
  • Emprise au sol réduite (autour de 10m²),
  • Entretien simple et limité,
  • Fréquence de vidange plus allongée dans le temps,
  • Nuisances sonores réduites,
  • Etc.

De plus, sachez que ce type de dispositif est éligible à l’éco-prêt à taux zéro (écoptz). Il vous donne droit à une réduction de la TVA à 10 % ainsi qu’à divers types de subventions.

Inconvénients

Bien qu’innovant et très pratique, le filtre compact présente toutefois quelques inconvénients :

  • Il nécessite dans certains cas l’installation d’un poste de relevage,
  • Il n’est pas recommandé de l’installer hors-sol,
  • Il est moins compact qu’une micro station d’épuration,
  • Le média doit être changé tous les 10 ans (environ 1000€)
  • Etc.

Existe-t-il différentes technologies pour le filtre compact ?

On ne distingue pas vraiment de grandes différences entre les technologies utilisées par les filtres compacts. Mais, outre le fait que certains sont faits de béton alors que d’autres sont en plastique, on peut considérer deux points de différences au niveau du massif filtrant utilisé et du nombre de cuves.

Le massif filtrant

Le massif filtrant remplit le même rôle que l’épandage, c’est-à-dire épurer les eaux. Pour ce faire, on remplit le massif filtrant avec un matériau naturel ou synthétique, communément connu sous le nom de média filtrant. Il peut être de différentes sortes :

  • Dérivés de coco (fibre, noix, copeaux),
  • Zéolithe,
  • Coquilles de noisette,
  • Écorce de pin,
  • Laine de roche,
  • Etc.

Parmi les substrats naturels les plus fiables, on peut citer la fibre de coco. Comme pour la zéolithe, c’est le support idéal pour le développement de bactéries épuratrices, indispensables pour le traitement des eaux usées. La fibre dispose également d’une grande rigidité, une parfaite imperméabilité et une longue durée de vie. Comme elle ne retient pas l’eau, elle est donc plus facile à entretenir et présente un risque réduit de génération de mauvaises odeurs.

Modèle monocuve ou bi-cuve ?

A l’origine, le filtre compact (plus précisément le massif filtrant) était conçu pour assurer l’épuration des eaux qui sortent de la fosse toutes eaux installée séparément.

Pour une filière traditionnelle, si la fosse existe déjà et si elle fonctionne encore, il est donc possible de supprimer le champ d’épandage en le remplaçant par un massif filtrant. Ceci permet de remettre aux normes l’assainissement, tout en réduisant les coûts et en économisant de l’espace.

De nos jours, notamment pour les nouvelles installations, on peut trouver des modèles qui intègrent dans une seule et même cuve la fosse toutes eaux et le massif filtrant.

La marque Tricel se veut par exemple un précurseur dans ce domaine. Récemment elle a conçu et commercialisé la gamme de filtre compact Seta Simplex, disponible en 4, 5, 6 et 9 EH.

Grâce à sa conception mono-cuve, ces dispositifs sont ultra compacts, et l’emprise au sol est de moins de 5 m2 pour le modèle 4 EH et de moins de 15 m2 pour le modèle de 9 EH.

Le prix de la filière influe-t-il sur le choix de la filière

Quel que soit le dispositif d’assainissement que vous choisissez, il faudra toujours prévoir un budget de plusieurs milliers d’euros. C’est un investissement non négligeable et c’est pour cela que les pouvoirs publics proposent plusieurs aides et subventions aux ménages qui décident d’installer un tel dispositif.

  • Un filtre compact avec fosse toutes eaux coute en moyenne 8 000 à 11 000 euros.
  • Pour installer une micro-station, comptez entre 6 000 et 12 000 euros.

Comme vous le voyez, le filtre compact est donc un peu plus cher à l’achat. De plus, ce système nécessite une emprise au sol d’environ 10 m2 pour un logement standard, contre 5m2 pour la micro-station. Sur le long terme, ce coût pourrait être justifié par le fait qu’il ne consomme pas d’énergie, ce qui équivaut à environ 50 euros par an pour la micro-station. De plus, cette filière est éligible à l’éco-prêt à taux zéro.

D’une manière générale, le cout d’achat du dispositif ne doit pas être considéré comme un élément déterminant du choix entre un filtre compact et une micro-station.

Faut-il choisir une microstation ou un filtre compact ?

microstation-filtre-compact

Quelle que soit la solution choisie, les eaux épurées peuvent être rejetées dans le milieu naturel.

Pour conclure, il faut noter que les filières agréées comme la microstation ou le filtre compact offrent beaucoup plus d’avantages que d’inconvénients. À la fois compactes et performantes, elles constituent la solution idoine pour les logements individuels qui n’ont pas de grande surface pour l’assainissement.

Pour faire simple, voici un récapitulatif.

Micro station

La micro-station convient pour tous les logements, et c’est le seul dispositif pouvant être installé hors-sol. Par contre, il est interdit de l’installer en résidence secondaire, et elle n’est pas éligible à l’éco-PTZ.

Nous vous conseillons d’installer une micro-station si vous voulez le dispositif le plus compact possible, et que les vidanges plus fréquentes et la consommation électrique ne vous rebutent pas.

Filtre Compact

Le filtre compact peut être installé dans tous les types de logements, même en résidence secondaire, et son fonctionnement est identique à celui des filières traditionnelles. Par contre, l’emprise au sol est supérieure à celle d’une micro-station.

Nous vous conseillons le filtre compact en résidence secondaire bien sûr, mais aussi si vous préférez un dispositif écologique, et que vous vous absentez souvent de votre logement.

Vous n’arrivez pas encore à vous décider ?

Malgré ces conseils, certains n’osent pas encore décider par peur de se tromper de choix de filière d’assainissement. Effectivement, ils ont raison, car il s’agit d’investir plusieurs milliers d’euros dans un seul équipement.

Si c’est votre cas, alors, voici nos conseils !

Sachez qu’un niveau de votre commune, il y a le Service Public de l’Assainissement non Collectif ou SPANC. Cette institution a un rôle de conseils auprès de tous les usagers pour tout ce qui concerne l’ANC.

Sachez toutefois que le SPANC devrait se limiter à vous indiquer le type de filière que vous pouvez mettre en place afin de vous conformer aux réglementations en vigueur. Cela dit, le SPANC n’a donc pas le droit de vous imposer une marque de filtre compact ou de micro-station particulière.

Ce service peut aussi vous fournir la liste des fabricants et spécialistes fiables dans sa zone d’intervention.

Fosse toutes eaux, micro-station SBR, micro-station de type boues activées, micro-station à culture fixée, filtre compacte avec fosse toutes eaux séparée ou intégrée, etc… vous avez donc l’embarras du choix ! Mais pour savoir exactement quelle formule correspond davantage à vos besoins, à votre budget et à vos envies, n’hésitez pas à vous fier à ces professionnels du métier. Ils sauront logiquement vous conseiller.

Remplissez le formulaire
pour accéder instantanément au
guide d’achat gratuit :




J'accepte d'être recontacté par des partenaires de GreenTech Journal