Ici, vous pouvez tout apprendre sur les microstations d’épuration, ces dispositifs tout-en-un compacts et performants. Depuis leur fonctionnement jusqu’à tous les modèles disponibles sur le marché, nous sommes là pour vous guider !

Prix fosse toutes eaux 3000L

La « fosse septique » est de nos jours connue sous le nom de « fosse toutes eaux ». Ce dispositif permet d’épurer partiellement les effluents domestiques avant de les relâcher dans la nature. Le terme eaux usées renvoie aux eaux sanitaires, celles provenant de la cuisine, de la vaisselle, etc.

La fosse septique est généralement installée au sein des logements situés dans les régions où il est difficile, voire impossible de se connecter à un réseau d’assainissement collectif. Dans ce cas, un budget de plusieurs milliers d’euros peut être nécessaire. Dans ce dossier spécial, nous allons essayer de déterminer le prix d’une fosse toutes eaux de 3000 L, au cas où vous opteriez pour cette filière.

Pourquoi choisir une fosse toutes eaux ?

Ce système joue deux rôles précis : il sert à clarifier les effluents d’un logis, puis à les rejeter dans le sol.

Il faut toutefois mentionner que la qualité des eaux épurées n’est pas aussi parfaite, comparée à celle d’une station perfectionnée. Une fosse toutes eaux permet surtout d’assurer que la nappe phréatique soit à l’abri de toute pollution ou contamination par les substances dangereuses présentes dans les eaux.

Pour cette raison, vous ne pourrez donc pas installer cette filière selon votre gré. Elles ne sont exigées et obligatoires que dans les zones où il est trop cher de raccorder votre logement au réseau d’assainissement collectif. C’est aussi le cas lorsque ce dernier est inexistant ou trop éloigné.

Lorsqu’elle fonctionne, la fosse toutes eaux recueille les déchets solides tels que les déjections sanitaires, sépare celles-ci des eaux, puis les transforme en boues. Cette boue restera dans la cuve pour être vidangée une fois tous les 2 à 4 ans.

Attention : une fosse toutes-eaux ne suffit pas pour épurer totalement les eaux usées : il faut lui adjoindre une installation de traitement des eaux usées, dont voici quelques exemples !

La tranchée d’épandage

Installée à faible profondeur, la tranchée d’épandage a été considérée comme la filière prioritaire pour l’épuration des eaux usées domestiques. Sa mise en place requiert un sol suffisamment perméable ainsi qu’une surface disponible allant de 150 jusqu’à 200 m². L’eau sortant de la fosse toutes eaux est épurée par filtration physique du sol, combinée à l’action des micro-organismes qui sont présents naturellement dans les effluents.

Le filtre à sable

Il s’agit d’un dispositif écologique destiné à traiter les effluents de manière simple et à moindre coût. Le principe du filtre à sable consiste à infiltrer progressivement les eaux pré-traitées à travers un massif de sable. Celles-ci sont ensuite épurées grâce à des bactéries épuratrices qui se fixent et se développent sur le sable.

Le lit d’épandage

Ce dispositif utilise le même principe que les tranchées d’épandage, mais il nécessite une surface plus large et moins profonde. Le lit d’épandage est à recommander lorsque le sol en place est sableux, car dans ce cas, les tranchées peuvent être instables.

Le tertre d’infiltration

En quelques mots, le tertre d’infiltration est un système d’épandage qui ressemble à un filtre à sable, à la différence qu’il est recréé au-dessus du sol. C’est un dispositif qu’on utilise souvent en présence d’une nappe phréatique trop proche, en cas de sols rocheux et en zone inondable.

La micro-station et le filtre compact

Depuis l’arrêté du 7 septembre 2009, plusieurs dispositifs ont été agréés par le ministère de la Santé et de l’Environnement pour répondre aux besoins d’assainissement des particuliers. Ces dispositifs sont dans la plupart des cas compacts. Ils sont préconisés lorsque la surface disponible est faible.

Parmi les plus connues, on cite la micro-station d’épuration et le filtre compact. Ce sont des filières qui ne requièrent qu’une surface réduite (5 à 20 m2), comparées aux systèmes d’épandages traditionnels. Elles sont aussi très performantes et permettent d’infiltrer les eaux dans le sol, voire de les rejeter directement dans un cours d’eau.

À savoir avant d’installer votre fosse toutes eaux

Pour assurer son bon fonctionnement, la fosse toutes eaux doit répondre aux caractéristiques suivantes :

  • Elle doit être fabriquée avec du plastique ou du béton et être conçue pour permettre le séjour des effluents entre leur entrée et leur sortie.
  • Il faut utiliser des canalisations d’entrée et de sortie d’au moins 100 millimètres de diamètre.
  • La cuve doit être étanche, résistante à la corrosion et aux pressions du sol.
  • Elle doit faire l’objet d’un marquage CE.
  • La cuve doit être équipée d’une ventilation pour pouvoir dégager les gaz de fermentation qui se forment pendant le processus de prétraitement des eaux.
  • Elle doit également être dotée de regards toujours accessibles pour l’entretien.

Pour limiter les problèmes d’écoulement des effluents domestiques, ce dispositif est généralement implanté le plus près possible du logement. Pour autant, il ne peut pas être posé n’importe où.

Selon les réglementations françaises, la fosse toutes eaux doit être placée à moins de 5 mètres des limites de propriété, à 3 mètres de l’habitation et à 35 mètres d’un point de captage d’eau.

Les équipements complémentaires

Une fosse toutes eaux peut comporter plusieurs types équipements annexes en fonction des contraintes de votre terrain.

Bac à graisse

Si vous devez mettre en place le dispositif à plus de 10 mètres de l’habitation, il doit être précédé d’un bac dégraisseur. La capacité minimale de cet équipement est de 200 litres s’il est dédié à recevoir uniquement les eaux de cuisine. Ce volume peut aller jusqu’à 500 litres si le bac reçoit l’ensemble des eaux ménagères, c’est-à-dire celles issues de la cuisine et de la salle de bains.

Pompe de relevage

Une pompe de relevage peut aussi être installée en amont de la fosse toutes eaux lorsque la pente naturelle du terrain ne permet pas l’évacuation par gravité des effluents domestiques. Dans d’autres cas, ce genre d’équipement peut servir à renvoyer les eaux usées pré-traitées vers la filière de traitement si la pente entre les deux dispositifs n’est pas suffisante pour garantir l’acheminement naturel des eaux.

Dégrilleur

Souvent, un dégrilleur est installé en amont de la fosse. Cet accessoire a pour rôle de retenir les gros objets qui proviennent de l’habitation.

Pré-filtre

Pour retenir les éléments trop gros du prétraitement, un préfiltre est souvent nécessaire pour filtrer les eaux pré-traitées, et donc éviter le colmatage du dispositif de traitement installé en aval. En général, ce filtre est constitué de matériaux filtrants tels que la pouzzolane.

À noter toutefois que cet équipement n’a pas de fonction épuratoire.

Les étapes de l’installation d’une fosse toutes eaux

Le domaine de l’assainissement est réglementé. Pour mettre en place une fosse toutes eaux, vous devez donc remplir certaines démarches administratives.

Avant d’entamer sa pose, vous êtes obligé de vous rapprocher de votre mairie pour signaler l’informer de la filière choisie et pour connaître la réglementation y afférente.

  • Dans un premier temps, vous devez retirer un dossier de demande de réalisation de votre projet d’assainissement auprès du SPANC, ou Service public d’Assainissement non collectif, de votre commune.
  • Après cela, vous allez contacter un professionnel, en général un bureau d’études, pour faire une étude de faisabilité et de conception de votre projet d’assainissement.
  • Vient ensuite le dépôt du dossier auprès du SPANC. Après avoir obtenu un avis favorable, votre installateur peut commencer les travaux tout en respectant les normes en matière d’assainissement, notamment le Document technique unifié (DTU 64.1). Si l’avis du SPANC est défavorable, vous devrez réaliser et présenter un nouveau projet.
  • Encore une fois, vous devez prévenir le SPANC avant le remblaiement de l’installation. Cette visite permet d’évaluer la bonne exécution des travaux. En cas d’avis de non-conformité, vous serez contraint de faire réaliser les modifications préconisées par ce service. Sinon, votre installateur peut procéder au remblai final du dispositif et mettre en marche votre installation.

Gestion et entretien du dispositif

Avec le temps, les boues vont s’accumuler au fond de la fosse toutes eaux. Si elles ne sont pas extraites à temps, elles risquent de boucher l’entrée de la fosse, ou bien d’être refoulées à l’intérieur de votre logement.

Le principal entretien se résume donc à l’extraction de ces boues.

Les vidanges

La vidange de la fosse toutes eaux doit être réalisée tous les 2 à 4 ans. Ceci, afin d’éviter le colmatage du dispositif de traitement mis en aval.

Les boues sont envoyées vers des centres spécialisés en matière de traitement des déchets. Le vidangeur veillera par la suite à remplir d’eau le deux tiers de la cuve et à laisser une petite fraction de boues pour permettre la réactivation de la flore bactérienne.

Les contrôles réguliers

En complément de la vidange, vous devez surveiller régulièrement l’état de l’ouvrage dans son ensemble. Tous les 3 à 6 mois, assurez-vous donc que la fosse toutes eaux ne présente ni de corrosion, ni de basculement, de déformation ou d’effondrement.

Si le système dégage des odeurs inhabituelles, cela signifie que votre dispositif présente un dysfonctionnement. Il convient dans ce cas de contacter un spécialiste pour régler rapidement le problème.

NB : Il est dangereux de réaliser vous-même la vidange de votre fosse toutes eaux. De toute façon, cette pratique est interdite par la loi.

Conseils de bon usage

La première chose à retenir est que les eaux pluviales ne doivent pas être dirigées vers votre fosse toutes eaux. Et ce n’est pas tout ! Il existe aussi certains produits que vous utilisez au quotidien et qui peuvent nuire au bon fonctionnement de votre fosse toutes eaux.

Pour rappel, la fosse toutes eaux fonctionne grâce à des bactéries présentes naturellement dans les eaux usées. Il est donc important de les préserver.

Sachez que les produits qui peuvent tuer ou réduire la capacité épuratoire des bactéries de la fosse toutes eaux le sont aussi pour la santé publique et pour l’environnement. En principe, ils sont étiquetés avec un losange rouge. Il faut donc éviter autant que possible leur utilisation.

Parmi les produits chimiques qui ne doivent pas être versés dans la fosse, on cite les solvants, peintures et pesticides. Pensez donc à les déposer en déchetterie.

Évitez également l’usage excessif des produits chlorés et de l’eau de javel. De même, vous ne devez pas jeter dans vos WC ou vos éviers les produits qui ne sont pas biodégradables comme les préservatifs, lingettes, filtres à café, etc.

Enfin, sachez que l’huile de friture ne doit en aucun cas arriver dans votre fosse toutes eaux, car elle risque de boucher les canalisations en se solidifiant.

Quel est le prix d’une fosse toutes eaux de 3000 L ?

En termes d’assainissement non collectif, la capacité minimale recommandée pour une fosse toute eaux est de 3 000 litres. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes intéressés à ce modèle. Toutefois, selon vos besoins, vous pouvez très bien opter pour une cuve de plus grande contenance (4 000 à 5 000 litres).

Pour notre exemple, le dispositif coûte entre 500 et 2 000 euros. Ce prix peut en effet varier selon la marque, le matériau de fabrication utilisé, et bien d’autres paramètres.

Pour pouvoir l’installer, il faut également vous procurer de plusieurs accessoires tels que la tuyauterie, le filtre, etc., et intégrer le coût de la main d’œuvre. En général, vous devez prévoir un budget de 3 500 à 8 000 euros.

En définitive, le coût d’achat incluant la mise en place d’une fosse toutes eaux de 3000 L se trouve donc entre 4 000 et 8 000 euros, toutes dépenses comprises.

Au cas où vous devriez installer une pompe de relevage, prévoyez un budget supplémentaire. Bien que le prix d’un tel dispositif puisse démarrer à 150 euros, sachez que cela peut aller jusqu’à 1000 euros. Tout dépend de la nature des eaux à relever, du matériau de fabrication de la pompe, de la distance et de la hauteur auxquelles les eaux devront être évacuées par l’équipement.

Trouver un professionnel pour installer votre fosse septique

À moins que vous soyez un spécialiste agréé de l’assainissement, la loi vous oblige à faire appel à ce genre de professionnel pour mettre en place votre fosse toutes eaux. Ce dernier réalisera avec justesse les calculs préparatoires pour permettre le bon fonctionnement de votre dispositif (installation, ventilation, système d’épandage, etc.).

De plus, il peut vous offrir une garantie décennale et vous faire bénéficier d’un TVA à 10 % ou d’un prêt à taux zéro, sous certaines conditions. Ces opportunités vous aideront surement à alléger le prix de votre fosse toute eaux. Alors, pourquoi vous en priver ?

Remplissez le formulaire
pour accéder instantanément au
guide d’achat gratuit :




J'accepte d'être recontacté par des partenaires de GreenTech Journal