Ici, vous pouvez tout apprendre sur les microstations d’épuration, ces dispositifs tout-en-un compacts et performants. Depuis leur fonctionnement jusqu’à tous les modèles disponibles sur le marché, nous sommes là pour vous guider !

Réhabiliter avec une microstation

Vous avez besoin de réhabiliter vos installations d’assainissement, par exemple après un avis défavorable du SPANC ? Si vous considérez toutes les options qui s’offrent à vous, vous avez probablement pensé à réhabiliter avec une microstation.

Aujourd’hui, nous vous détaillons tout sur la réhabilitation avec une microstation ! C’est parti !

Pourquoi faut-il réhabiliter ?

En France, 5 millions de logements sont concernés par l’assainissement non collectif. Il est obligatoire pour les propriétaires de logements non reliés au tout-à-l’égout de procéder au traitement de leurs eaux usées de façon individuelle.

La réhabilitation intervient lorsque les installations sont vétustes, en mauvais état de fonctionnement ou qu’elles posent des problèmes de santé publique, en endommageant l’environnement local.

La réhabilitation est un processus long, qui peut être coûteux. Il faut choisir un dispositif adapté à vos besoins et à votre logement tout en considérant les coûts.

text-lines-1-300x300

Demande gatuite et sans engagement

Obtenez un devis pour votre assainissement

Un expert de votre département prend contact avec vous sous 48h.

  • Contact rapide
  • Devis personnalisé
  • Sans engagement
  • Gratuit

Obtenir un devis gratuit

Pourquoi réhabiliter avec une microstation ?

réhabiliter avec une microstation tricel

La microstation est le dispositif parfait pour la réhabilitation. Ici une microstation Tricel Novo.

La microstation, dans le cas de la réhabilitation, a plusieurs avantages :

  • compacité
  • performances épuratoires
  • facilité d’installation
  • pas d’épandage
  • pas d’odeurs
  • prix (nous y reviendrons)

Elle a aussi quelques inconvénients :

  • consommation électrique
  • faible résistance aux variations de charge
  • inadaptée en résidence secondaire

Avantage : Performances

Lorsque vous réhabilitez vos installations, le SPANC doit valider le projet avant le début des travaux. Il est donc nécessaire de choisir un dispositif dont vous êtes sûrs qu’il respecte les normes en vigueur. Avec les microstations d’épuration, la question ne se pose pas : tous les dispositifs commercialisés offrent des performances épuratoires conformes à la réglementation.

En effet, les microstations d’épuration font partie des dispositifs d’assainissement agréés, car l’obtention d’un agrément ministériel est nécessaire à leur commercialisation.

Avantage : Compacité

Le principal avantage des microstations est leur compacité. Pour 5 EH, une microstation prendra environ 5 m² d’emprise au sol, soit 5 à 10 fois moins qu’un épandage classique. Si vous disposez déjà d’un épandage, c’est donc une surface de terrain que vous pourrez retrouver et valoriser autrement, par exemple avec un potager !

C’est aussi la solution idéale si vous avez peu voire pas de terrain !

Avantage : Facilité d’installation

Réhabiliter ses installations d’assainissement est un processus long et relativement ennuyeux et coûteux. C’est là que la facilité d’installation des microstations rentre en jeu. Comptez un à deux jours de travaux seulement pour que le dispositif soit installé, relié et mis en service.

Mais les microstations n’ont pas que des avantages, on leur trouve quelques inconvénients.

Inconvénient : Consommation électrique

De par leur principe de fonctionnement, les microstations demandent une alimentation électrique continue. Cette électricité sert à alimenter un compresseur chargé d’apporter de l’oxygène dans la cuve de traitement.

Tous les modèles consomment donc de l’électricité, à hauteur de 30 à 50€ par an. Ce n’est pas une grosse dépense, mais cela peut rebuter certains.

Inconvénient : Impossible en résidence secondaire

Les microstations demandent une alimentation électrique continue, sans quoi la culture bactérienne se dégrade. C’est une des raisons pour lesquelles les microstations sont interdites en résidence secondaire : si une coupure survenait durant une absence prolongée sans être réglée, la microstation ne fonctionnerait plus correctement et poserait un problème à l’environnement.

De même, les microstations supportent mal les variations de charge : absences prolongées de plusieurs mois qui dégradent la culture bactérienne, mais aussi sur-charges.

En réalité, pour bien fonctionner, une microstation a besoin de fonctionner … en continu. Attention toutefois : aucun problème pour partir en vacances, même plusieurs mois. Mais si vous ne passez que la moitié de l’année dans votre résidence principale, préférez vous diriger vers un filtre compact.

La question du prix

On entend souvent dire que les microstations sont plus onéreuses que d’autres dispositifs : c’est vrai … à l’achat.

Une microstation 6EH coûte entre 5 000 et 8 000 euros, ce qui peut sembler beaucoup lorsqu’on considère qu’une fosse septique ne coûte que 1 000 euros environ.

Cependant, la microstation requiert si peu de travaux d’installation que le coût total de réhabilitation est la plupart du temps moins important qu’avec une filière traditionnelle : 10 à 20% moins cher !

Remplissez le formulaire
pour accéder instantanément au
guide d’achat gratuit :




J'accepte d'être recontacté par des partenaires de GreenTech Journal




Remplissez le formulaire et nous vous contacterons suite à votre demande de devis :












Oui, vous pouvez me recontacter


Remplissez le formulaire pour accéder instantanément au guide d'achat gratuit :

Données partagées avec un sponsor - conformément à notre politique de confidentialité!